Terres…

Immobiles (17)

Posted in Dépliement, Prose, Works in progress by dbourrion on 3 septembre 2009

Lavande sur nos chemins drapant les morts comme leurs destins et ce qu’ils furent avant de naître dans nos mémoires dans nos imaginaires dans ce que nous reconstruisons de chacun d’eux à partir de rien des mots des images des chansons qui dorment sur de vieilles bobines où nous parlons aussi destinés également à n’être plus que ça des voix comme ouatées amoncelées enfoncées trop profond dans le ventre du temps pour être encore comprises et flottant là dans des sortes d’interstices – la faille des jours, cette secrète faiblesse que l’on ne peut réellement voir qu’en oubliant que la nuit vient avec son semis de vertiges.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :