Terres…

Ville

Posted in Prose, Works in progress by dbourrion on 28 juillet 2009

Posant mes pas dedans mes pas le long de la ville l’or veillait sur chaque mur j’ai tourné dans les rues rien ne bougeait nulle fenêtre nulle façade et là où le temps bousculait les choses celles d’avant étaient derrière patientes à attendre le chaland quelqu’un empli de souvenirs derrière la maison de jadis je devinais le lilas blanc et là assis était toujours le vieil homme gris maintenant mort la digue était à ras de l’eau en fleurs et son silence était écho au bruit dedans au pied de l’immeuble à paroles je me suis souvenu de l’escalier de la toute dernière fois où la porte s’était fermée que restait-il des mots une fois dits écrits étrangement le visage froissé de chaque passant était le même qu’avant comme si comme si la parenthèse se refermait la ville craquait à chaque jointure et moi je n’avais plus de temps pas plus pour elle que pour moi je suis sorti par la porte la plus haute et là dans la plaine sans horizon je n’étais plus nulle part que dans mon ombre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :