Terres…

Immobiles (14)

Posted in Dépliement, Prose, Works in progress by dbourrion on 28 juin 2009

Icône de riens tuée de nous comme lapidée de nos amours comme lacérée de nos regards de nous toujours là à te suivre toujours là à te rêver à reconstruire chaque geste et mot chaque jour que tu tentes de faire d’extraire de la même gangue que nous mais toi porté mais toi haussé jusqu’à la vie la vie rêvée celle des anges celle des autres qui sur les nôtres la même que toi jette son voile pose un linceul le drap sans plis où nous cachons où nous taisons ce qui n’a nul n’a nul nom ce qui n’est que nos âmes et elles perdues à vagues à chants fermés la trace des morts leurs visages morts et dilués, leurs visages morts.

Publicités

Une Réponse

Subscribe to comments with RSS.

  1. F Bon said, on 28 juin 2009 at 8:15

    venu, lu, aimu

    pourquoi pas en fin de chaque billet le récap Calameo/Issuu ou ce que tu veux de la totale ?


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :