Terres…

Replis (3)

Posted in Fronce, Prose by dbourrion on 2 juin 2009

nos souvenirs à peine morts à peine froids que nous trouvions à chaque éveil autour de nous couchés là étendus là tels animaux petites bêtes mortes tuées par quoi le vent le froid les charges du temps que nous touchions du bout des doigts dans l’espoir vain de sentir ressentir quelque chose comme un sentiment le pincement d’un bref regret mais rien rien là-dedans au lieu du coeur au lieu de l’âme rien que le vent que nous devinions le long de la plaine la plaine rude la plaine sèche une sorte de steppe à peine verte à peine grise et décapée de saisons vives de ces tempêtes qui épuisaient même les rochers et aussi nous et surtout nous recroquevillés dans ces masures dans ces maisons jetées semées là sur cette terre où nous n’étions que vagues ombres cauchemars sans doute souvenirs morts.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :