Terres…

Veille du jour d’ensuite

Posted in Prose, Works in progress by dbourrion on 13 février 2009

Entre les murs encore l’odeur des gâteaux juste cuits et le ciel dehors devenant caricature de lui-même et puis encore entre les murs juste le silence contre lequel mais vainement une cantatrice dans son écran multicolore et insipide en fait luttait à renforts de gestes de mimiques cela ne changeait rien à mon décor j’essayais d’entendre des rires des tapes sur l’épaule de la camaraderie mais rien vraiment que moi assis là écrivant d’inutiles phrases.

Entre les murs encore le four cliquetant revenant à la température ambiante la salle debout acclamait la chanteuse j’ai regardé la salle les gens endimanchés je connaissais si bien les lieux la couleur chaude des murs et avec la salle c’est toute la ville que j’ai revue il devait faire très froid là-bas de l’autre côté de ce pays tout plat bien plus qu’ici tout ça je le savais me manquait chaque jour comme si j’avais laissé bien trop de moi pour même penser vouloir y retourner.

Entre les murs encore ce que je portais en dedans, qui n’avait rien à dire, ne pouvait même pas l’être, l’indicible image du vent.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :