Terres…

(TG)V1

Posted in Prose, TGV, Works in progress by dbourrion on 26 janvier 2009

Regardant défiler la nuit dehors c’était un ruban sans limites de place en place une ville dégueulait de lumières de parkings vides de lampadaires et nulle humaine présence dans ce silence cette absence folle de nous au long de la rame endormie je regardais tous ces visages personne pour parler j’ai repensé à ce que chantait le vieil homme le vieux Léo « les hommes il conviendrait de ne les connaître que disponibles à certaines heures pâles de la nuit » et je me suis demandé qui d’autre ici pensait à lui à sa crinière à sa vieille figure fatiguée quelques tunnels coupaient le bruit d’une alternance sourde il y a eu quelques passants dans la travée centrale ce devait être le nom le nom technique j’ai souri à l’enfant aux boucles brunes qui jouait avec son ombre ses mains si minuscules que ça m’a comme serré le coeur m’ont fait encore un signe et puis encore un signe et puis plus rien dans le patient travail de sape du sommeil.

(TG)V1 : (Très Grande) Variation 1

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :