Terres…

Minuit (1)

Posted in Prose, Works in progress by dbourrion on 25 décembre 2008

Dès le dehors sentant retrouvant cette odeur d’encens que je pensais perdue la retrouvant intacte exactement intacte fugace parfois autour de l’immense navire et puis la lourde porte franchie devant laquelle une femme abîmée tendait la main la constatant la revoyant par nappes jetée dans la nef haute les bancs grinçaient grognaient lorsque l’on se posait dessus je me suis demandé si partout dans toutes les églises cela grinçait le long de l’allée qui du centre faisait la trace des pavés vieux s’étaient creusés sous les pas des fidèles et j’ai tenté d’imaginer mais sans succès des hommes d’avant mais de temps bien passés se serrant là je n’ai rien vu que des pierres rongées plus aucun signe plus rien que ce parfum si lourd.

Et dans le froid je voyais mon haleine de confiture tenter de me tenir vivant mais toute l’heure ça a été comme une mort une suspension dans le grand rien du rite et en moi une colère mais dont la source me demeure inconnue.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :