Terres…

Crépuscule (1)

Posted in Works in progress by dbourrion on 19 décembre 2008

… jusqu’à ce que nos vies se soient terminées là, dans le silence des traces laissées sur l’herbe, à même la rosée et la poussière, dans cette absence qui laissait deviner ce que nul mot n’avait pu dire – les gestes encore, le vide de nos maisons, quelques rochers comme disposés à charge de message mais rien, vraiment qui puisse être lu dans la lente avancée des nuits, des jours qui passeraient sans nous à présent inutiles, et vains, et oubliés de tous et même de nous-mêmes, c’est dire, et même de nous qui avions désirés tellement longtemps que nos histoires au moins fassent légendes jusqu’à comprendre que nous n’étions plus rien, vraiment plus rien, que murmures dans le vent et inutiles oiseaux à l’escalade des cieux et arbres immenses où bruissaient pour l’éternité des abeilles folles et sourdes et sans mémoire.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :