Terres…

Façade

Posted in Prose, Works in progress by dbourrion on 10 décembre 2008

Me disant me sentant pareil à l’une de ces façades qui tout le long de l’avenue étaient restées debout alors que derrière il n’y avait plus rien et tout semblait normal de loin et au premier coup d’oeil jusqu’à ce que l’on prenne la peine de regarder alors remarquer qu’elles ne tenaient que par miracle par artifice quelques étais mal embouchés deux ou trois poutres l’absence de vent finalement vraiment, juste par miracle.

Me sentant juste comme ça une facade avec plus rien dedans derrière et me disant qu’un jour viendrait où tout s’écroulerait d’un seul coup je sentais bien que je ne pouvais plus tenir bien longtemps ainsi en équilibre sur moi-même à la limite à ma limite à faire semblant semblant de quoi d’être debout encore il suffirait ce jour-là le jour de l’écroulement d’un petit rien un mot un geste un oiseau se posant sur l’appui d’une fenêtre et rien alors ne pourrait plus arrêter le désastre mon écroulement dans un nuage de poussière dans un bruit de tonnerre dans le silence peut-être moi-même m’enterrant de mes cendres rapetissant me fissurant et me tassant jusqu’à ce que plus rien ne bouge et que le monde aille où il va mais juste sans moi.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :