Terres…

Cantine

Posted in Prose, Works in progress by dbourrion on 14 novembre 2008

Et mâchonnant d’une main distraite cette chose dans mon assiette j’ai poursuivi l’inventaire du jour plus loin le chantier semblait endormi des étages esquissés tombaient des nappes de câbles noués les uns aux autres solitaires solidaires dans la chute la pluie crayonnait à même le béton gris des archipels noirs parfois j’y croyais voir des visages le plus souvent ce n’était rien que mon cerveau cherchant un sens qui n’existait même pas dans mes pires cauchemars.

Derrière moi une voix alignait de plates mais tortueuses idées sur tout sur rien j’ai préféré me taire et puis que dire je n’avais rien à dire je me suis aperçu soudain qu’il s’exhalait de moi un parfum inconnu et si j’avais été un autre enfin j’ai plongé mon nez dans mon pull vraiment quelle était cette odeur aucun souvenir pour s’y coller pour lui donner un sens j’ai farfouillé dans les recoins de ma personne mais rien alors autant abandonner aussi cela ne pas en tenir compte quelle importance aussi que de savoir qui je pouvais bien être quelle importance ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :