Terres…

Salle de lecture

Posted in Prose, Works in progress by dbourrion on 7 novembre 2008

Et alignés ils étaient tous silencieux penchés sur leur avenir leurs livres tous ces mots morts je regardais leurs silhouettes ombres chinoises sur les longues baies derrière comme à dessein coulait un fleuve et j’ai pensé au Styx mais nul passeur assurément sur celui-là parfois l’un chuhotait et puis plus rien que le froissement des pages tournées.

Je suis allé d’un mur à l’autre et j’ai compté chacun des pas que je faisais dehors sur le gazon quelques étages plus bas il y a eu mon ombre et puis plus rien que le froissement des pages tournées.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :