Terres…

Vivre (2)

Posted in Prose, Works in progress by dbourrion on 12 août 2008

Dans tes errances tu croises des enfants dont l’insouciante présence t’apaise un peu. Tu es sans doute demeuré tel dans les tréfonds de toi mais tu fais tout pour le cacher. Tu vaques à des choses importantes, tu joues avec sérieux le grand rôle de ta vie.

Chaque soir, dans les coulisses de ton insomnie, tu tombes ton masque, tu rêves à de grands champs de fleurs, à des cerisiers fous, à cette silhouette venue d’on ne sait où. Chaque soir, dans un silence badigeonné de noir, tu es enfant derrière une petite fille en robe blanche, et vous marchez dans un pré de soleil.

Publicités

Une Réponse

Subscribe to comments with RSS.

  1. Bernard G-B said, on 14 août 2008 at 6:00

    l’Internet manque globalement de nuit, j’entends la grande nuit, où toujours sont venues respirer les phrases

    alors oui, installer ici ces arbres dérangés, et ces silhouettes obstinément sans paroles, et comment c’est cet effroi qui peut nous agrandir, de retour au rôle sérieux

    on serait prêt à vous lire bien plus au long …


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :